Eccelso
main banner image
Arts & Culture

Antoine Dufilho, artiste sculpteur

Antoine Dufilho, artiste sculpteur

C’est en ayant conscience de ses racines qu’un homme peut grandir. Antoine Dufilho connaît les siennes, elles plongent dans l’art et dans la médecine. Enfant, Antoine Dufilho s’initie aux arts plastiques auprès de son grand-oncle comédien, peintre et sculpteur. Plus tard, des études de médecine lui permettent de découvrir la mécanique humaine. Après trois ans, il se rend compte que cette voie l’empêche d’exprimer sa créativité débordante tout en lui enseignant la rigueur. Il se lance alors dans des études d’architecture qui le mènent vers une nouvelle approche de la sculpture et se passionne notamment pour le travail de l’ossature, qui une fois mise à nu, dévoile une succession de plein et de vide, apportant légèreté et dynamisme à la forme générale.

L’ADN d’un artiste
C’est en ayant conscience de ses racines qu’un homme peut grandir. Antoine Dufilho connaît les siennes, elles plongent dans l’art et dans la médecine. Enfant, Antoine Dufilho s’initie aux arts plastiques auprès de son grand-oncle comédien, peintre et sculpteur. Plus tard, des études de médecine lui permettent de découvrir la mécanique humaine. Après trois ans, il se rend compte que cette voie l’empêche d’exprimer sa créativité débordante tout en lui enseignant la rigueur. Il se lance alors dans des études d’architecture qui le mènent vers une nouvelle approche de la sculpture et se passionne notamment pour le travail de l’ossature, qui une fois mise à nu, dévoile une succession de plein et de vide, apportant légèreté et dynamisme à la forme générale. 

Un parcours atypique
Diplômé de l’École d’Architecture et de Paysage de Lille, il construit de toutes pièces, dans la campagne lilloise, à partir de containers maritimes, son atelier dans lequel il crée toutes ses œuvres. Antoine Dufilho est autodidacte, il expérimente différentes techniques telles que le moulage et la soudure pour bâtir progressivement l’esthétique de son art. Il commence à s’y consacrer pleinement en 2012, le fait évoluer au fil du temps et de l’inspiration. Petit à petit, son style s’affirme, son travail se remarque. Représenté dans plusieurs galeries à Paris et aussi à Anvers, Genève, Tapei, Los Angeles ou Miami, il expose en France et à l’étranger.

Une passion de famille
Entre les noms Dufilho et Bugatti, il existe un lien tissé par la passion de plusieurs hommes. Jacques, d’abord, le grand-oncle d’Antoine, qui eut la chance de collectionner des Bugatti. Cette passion fut transmise à son neveu et naturellement, le flambeau est passé à Antoine. Cet amour et une vision artistique de l’automobile l’ont conduit à la création de sculptures automobiles. Il se lance en travaillant l’aluminium pour sculpter la Bugatti type 37, qui était l’un des bijoux du garage de son grand-oncle. Sa collection compte aujourd’hui une trentaine de modèles, qui possèdent tous le style bien identifiable de l’artiste.

L’architecte d’un art
Les formes, l’esthétique sont au cœur des créations de l’artiste. Pour ses sculptures automobiles, son travail consiste à exposer une alternance de plein et de vide, matérialisant un squelette, décomposant les formes en strates successives. L’artiste nous offre une vision cinétique d’un objet statique, notamment grâce à la déambulation de son observateur, qui permet une interprétation différente en fonction du point d’observation. Toujours sensible à l’élégance des lignes, Antoine conçoit des sculptures de monuments emblématiques comme le Chrysler Building, la Tour Eiffel ou la Statue de la Liberté. De taille imposante, ces œuvres gardent une réelle légèreté grâce à l’utilisation des lamelles de métal. Les formes sont suggérées par le vide. Cette technique permet, également, comme pour certaines de ses sculptures automobiles, de modifier l’interprétation en fonction du point d’observation.

De nouveaux champs exploratoires
Antoine Dufilho s’est servi de sa passion pour l’automobile et de ses connaissances en architecture pour apprendre la sculpture. Cependant, il ne veut pas s’enfermer dans un type de création. Il aime explorer pour aller toujours plus loin dans son art. Il s’affranchit parfois du figuratif, conceptualise les objets. Lamelles, billes ou aiguilles métalliques sont autant de façon d’exprimer la suspension dans l’espace, le jeu de la transparence et des couleurs, l’expression de la légèreté ou d’offrir des angles de vue, d’animer le statique, de magnifier le vide et le plein. Le résultat est toujours en finesse et en fluidité. « L’art est une recherche permanente, un équilibre entre mes sources d’inspiration et la technique maîtrisée pour les exprimer au mieux.» aime-til à répéter.

Une œuvre monumentale
À l’occasion du Salon Lille Art UP! Antoine Dufilho dévoile une œuvre monumentale. Inspirée de la mythique Ferrari 330 P4 des 24H du Mans de 1967, c’est une œuvre spectaculaire par sa taille : 4m60 x 1m93 pour 1,7 tonne. Pourtant, il s’en dégage une impression de légèreté exprimée par un habile jeu de 100 lamelles d’aluminium laquées en rouge formant le fuselage. L’artiste joue avec des effets de transparence à 360° entre les vides et les pleins. L’objet statique s’anime en raison de la vision cinétique du spectateur qui déambule autour. Il obtient une interprétation différente en fonction de son point d’observation. Cette œuvre monumentale suscita l’intérêt de la ville de la Baule comme de son casino qui proposa de l’exposer de juillet à septembre 2020. Enfin, la ville du Touquet en ayant pris connaissance proposa ensuite de l’installer de manière pérenne en son centre, devant l’hôtel le plus mythique, le Westminster.

+33 (0)7 67 16 32 51
Partager l’article
news-img
news-img
news-img
news-img